Roadsign est une marque australienne de vêtements et d’accessoires Lifestyle et Outdoor pour les amoureux du voyage.
Découvrir la marque

Le Blog

Gregory Zwingesltein ou comment la passion mène à de fabuleux voyages

Voyage

  Gregory Zwingesltein ou comment la passion mène à de fabuleux voyages Aventurier sans le savoir, Gregory Zwingelstein a transformé sa passion pour le didgeridoo en une expérience unique. Rencontre avec celui qui a su donner vie à ce qui n’aurait pu rester qu’un rêve… Gregory, comment avez-vous découvert le didgeridoo ? En 1999, au lycée. Un professeur qui revenait du nord de l’Australie nous a fait découvrir l’instrument. Je n’avais jamais entendu un son pareil. J’ai vibré au sens littéral du terme. J’ai pu commencer mon apprentissage du didgeridoo avec lui et c’est vite devenu une passion, presque une nécessité.   Et vous avez tout simplement traversé la planète pour remonter à ses origines… En m’initiant, j’ai aussi découvert la culture aborigène. Je voulais apprendre à fabriquer cet instrument ancestral dans les règles de l’art. En Europe, il n’y avait rien. Et à l’époque, à part peut-être sur When you gonna learn de Jamiroquaï, on n’entendait pas de didgeridoo. Après mes études, j’ai commencé à travailler dans l’industrie automobile mais l’idée d’aller à la rencontre des aborigènes me trottait dans la tête. J’ai économisé et profité des deux mois de fermeture estivale pour partir, en 2007.   Il n’est pas facile d’approcher les aborigènes. Comment avez-vous préparé le voyage, la rencontre ? Ce prof est devenu un ami et grâce à lui, j’ai ciblé la zone de naissance de l’instrument où les traditions sont préservées. Il m’a donné des infos et ses contacts. Mais j’avoue y être allé au culot. J’aime prendre des risques, y aller, voir et vivre. Après avoir atterri à Darwin, j’ai pris un petit avion jusqu’à Gove. Au milieu de nulle part. Un grand saut dans l’inconnu car mon objectif était le festival traditionnel de Garma dédié au didgeridoo qui avait lieu… presque une semaine plus tard. Entretemps, je ne savais pas quoi faire. J’ai osé faire du stop. Je n’avais pas conscience du danger à traverser seul les territoires du Nord. Et j’ai eu de la chance ! Un aborigène qui allait participer à la même animation que moi sur le festival est passé par là. Il m’a accueilli chez lui pendant la préparation du festival. Cétait un « older », l’un des plus respecté. Et nous avons tissé de véritables liens. Et finalement, vous êtes resté ? Oui. Après le festival, j’ai pu rester dans son clan. Je voulais apprendre à fabriquer l’instrument (qu’on appelle là-bas Yidaki ou Mago, selon les tribus) mais j’ai d’abord appris à comprendre leur mode de vie, leur façon d’échanger, de penser, de voir le monde. Et j’ai fait la rencontre du mari de sa fille. Notre relation a tout de suite été forte. Il m’a adopté » au sens aborigène. C’est-à-dire que j’ai le droit de vivre près d’eux et d’appliquer les règles du clan. Il m’a donné un joli nom : Djapana (le rêve du coucher de soleil). Aujourd’hui, je peux m’aventurer dans le bush pour couper des didgeridoos et les travailler avec eux.   Livrez-nous quelques spécificités de la culture aborigène... Leur notion du temps est relative. Ce qui est dit est toujours fait quand ils estiment le moment venu. Ils attendent une sorte d’appel spirituel. Ils ne manient pas la notion de propriété comme dans nos pays. Ils sont plus attachés à la notion d’appartenance. Tout ce qui appartient à la terre revient à la terre. Ce qui pose d’ailleurs quelques problèmes en termes de déchets et de pollution puisque les produits de consommation modernes ont malgré tout pris place dans leur quotidien. La symbolique est puissante dans leur vie. Chaque tribu a ses propres ancêtres, descendus sur terre pour créer le monde. Ils les célèbrent au travers d’évènements naturels et quotidiens, sans date précise. Et là, l’instrument prend toute sa place. Chaque cérémonie regroupe 3 personnes minimum : chanteur, joueur de clapstick et de didgeridoo. Les sons et les chants varient et la transmission est uniquement orale. Mais ils interviennent toujours dans le même ordre : chanteur, clapstick puis didgeridoo. Dès votre retour, vous avez créé Didgeridoo Passion. Et bientôt un festival ?   J’ai créé Didgeridoo Passion pour valoriser l’instrument originel et la culture aborigène qui l’a fait naitre. Le Yidaki est maintenant bien connu en Europe mais dans des versions qui n’ont souvent rien voir avec l’âme de cet instrument plus subtil qu’il n’y paraît. Je joue un rôle de conseil et de messager. Un mix d’éthique et de musique. A travers cette activité, j’ai constitué un réseau de musiciens du monde entier. Tous ont accepté de venir jouer fin juin 2018 au premier festival français de Didgeridoo, à Nomad-Elze sur le plateau des Causses.   J’espère ensuite organiser une tournée de groupes traditionnels aborigènes. Et continuer à proposer des Yidakis de qualité. Merci Gregory! Pour plus d'informations: Sur le didgeridoo : http://www.didgeridoo-passion.com/fr Festival de didgeridoo - NomaDidge : http://nomadidge.fr
Lire la suite

Ultra Norway Race

Event

Vincent Gaudin (France) remporte l'Ultra NORWAY Race 2016 en 27h16 devant Maxime Dombeck (France) en 27h53 et le norvégien Frode Lein troisième en 30h26.L'Ultra NORWAY Race est une course de montagne atypique avec un parcours très technique et exigeant entre les Alpes de Lyngen et la ville de Tromso. Rendez-vous en juillet 2017 pour la prochaine édition !       
Lire la suite

Roadsign School: Cérémonie d'ouverture

Event

Nous sommes heureux de vous annoncer l’ouverture de notre 5ème école ROADSIGN en Inde. La cérémonie d’ouverture a eu lieu en Aout dernier, dans un village reculé de la région de Bangaluru : Shivarapatna. Aidé des constructeurs et artisans locaux, nous avons érigé un bâtiment permettant d’accueillir les 130 petites et petits élèves du village. Nous leur souhaitons bonne chance et espérons qu’ils continueront ensuite leurs études à un niveau supérieur. Ce projet n’aurait pas vu le jour sans l’aide du gouvernement indien et du Rotary Club de la région de Bangalore, nous les remercions ! Une vidéo de l'Evènement sera  bientôt diffusée, en attendant voici un avant-goût en photos :
Lire la suite