Roadsign est une marque australienne de vêtements et d’accessoires Lifestyle et Outdoor pour les amoureux du voyage.
Découvrir la marque

Le Blog

Gabriel Pielke : un regard neuf sur Roadsign

Brand

La première rencontre entre Gabriel Pielke, photographe allemand, et Roadsign était fortuite. La vie offre parfois des opportunités qu’il faut saisir sans attendre. Sa vision du voyage ne pouvait que nous séduire… ... Tout commence par un premier appareil photo de qualité acheté en 1996 pour capter les images de quelques escapades lointaines. A l’époque, il n’était pas si simple d’avoir le bon matériel pour filmer le bon sujet et il fallait rentrer de voyage pour développer les images. La photographie le passionnait mais le jeune Gabriel a dû attendre 2004 pour voir le résultat en temps réel lors d’un trip à Tokyo. Entretemps, soucieux de son avenir professionnel, il s’est formé au cinéma dans une école allemande renommée, a travaillé bénévolement pour la TV d’un hôpital proche de chez lui et fait son apprentissage de designer media. Un job pour Canon sur un salon professionnel le conforte dans ses envies. Il adopte un appareil qu’il utilise toujours aujourd’hui. Réalisateur et photographe freelance depuis 2007, c’est en 2015 qu’il découvre Roadsign à travers le Roadsign Continental Challenge. Chargé d’un documentaire sur le coureur Rafaël Fuchsgruber participant à THE TRACK, il s’envole pour l’outback australien et fait connaissance avec l’équipe. Il achète bientôt son premier polo Roadsign (qu’il aime toujours porter aujourd’hui) et son objectif a depuis capté la plupart des performances et intenses moments de partage vécus par les coureurs et le staff sur les ultra-races du Challenge. ... [ Des images authentiques ] ... Jusque-là, Gabriel vivait l’aventure à nos côtés, partageait nos valeurs sans s’attarder sur nos gammes de vêtements et accessoires. ... « En 2019, Roadsign m’a confié un shooting produits pendant THE TRACK. J’ai commencé à étudier l’esprit de la marque et à réfléchir à ce que mes photos devraient montrer. Une fois sur place, il a fallu s’adapter au contexte : les modèles ne sont pas professionnels, ce sont les membres du staff. Pas d’équipements pour la lumière, aucun artifice. C’était vraiment la première fois que je me penchais sur les produits Roadsign dont nous n’avions que quelques exemplaires avec nous. » ... Gabriel ajoute que malgré des moyens techniques limités, c’est un travail photographique très intéressant. ... « L’environnement est magnifique, le staff sympathique et l’aventure au rendez-vous. Tout cela donne l’opportunité de faire de belles photos, authentiques à tous points de vue pour une marque qui sponsorise l’évènement et dont le logo est une icône de l’Australie. De plus, les vêtements et leurs couleurs s’accordent parfaitement avec les décors naturels et les nécessités d’un tel voyage. Nous avons répété l’expérience au Mozambique en novembre. » ... ... [ Un univers et des valeurs partagés ] ... Pour Gabriel, Roadsign est une entreprise qui propose une grande variété de produits streetwear pour un prix raisonnable. ... « Ils ne cessent de renouveler l’aspect et le design sans jamais renoncer au style et à l’esprit. C’est probablement la principale chose que nous avons en commun : essayer de se réinventer sans jamais s’éloigner de ses racines et de ses principes. Les valeurs de la marque : nature, liberté et simplicité s’accordent à mon travail de plusieurs façons. J’essaie de faire simple – de faire ce que je peux, le mieux possible sans jamais compliquer les choses. Je suis attaché à ma liberté – je ne pourrais pas faire de telles images sans avoir la liberté de voyager, de choisir comment faire le job et m’organiser. Enfin, j’adore profiter de la nature. Honnêtement, je suis plutôt le genre de gars pour lequel on a inventé les hôtels mais quand je fais ces shootings, j’adore l’atmosphère sauvage, éloignée de la civilisation qui nous sert de cadre. » ... ... Pour révéler le produit, il est nécessaire de connaître et d’adhérer à l’ADN de la marque. Gabriel précise que faire ce travail sur une course du Roadsign Continental Challenge, c’est le faire en toute liberté. ... « L’équipe – et donc mes modèles – sont bénévoles, ils ont choisi d’être là. Et puis, tout n’est que simplicité pendant l’aventure. On dort sous la tente, les équipements sont limités au minimum, pas d’eau courante ni de chauffage. Les prises de vues sont basées sur le respect, le cadre naturel phénoménal ne nécessite aucune mise en scène. Il suffit de combiner ces trois valeurs avec l’environnement pour transmettre une émotion à travers de belles photos. » ... ... [ Le voyage nous fait progresser ] ... Son regard de photographe, Gabriel le résume par une phrase désormais bien connue : « On ne voyage pas pour s’échapper mais pour ne rien manquer de la vie. Pour élargir nos horizons et voir ce qui reste à découvrir. » Sa philosophie colle à nos inspirations, surtout lorsqu’il dit : ... « Voyager, voir tout ce que l’on peut voir, découvrir et s’imprégner du monde. Il y a trop à explorer pour une seule vie et il faut en profiter car chaque moment nous enrichit. Et même si le voyage s’avère quelquefois difficile, on en revient changé ! On ne rentre pas les mains vides, on gagne en expérience, en connaissance, en souvenirs. » ...
Lire la suite

Gürkan Açikgöz ou Le tour du monde en 2 challenges

Event

Les épreuves que la vie nous réserve aident parfois à révéler des personnalités. Se surpasser en réalisant des performances admirables comme gagner deux années consécutives le Roadsign Continental Challenge, c’est inspirant. Dans le cas de Gurkan Açikgoz, l’exploit est plus que sportif, il changera la vie de milliers de gens… ... [ Diabétique ou sportif, pourquoi choisir ? ] ... Quand la vie vous tend une perche, il faut la saisir ! C’est exactement ce qu’a fait Gurkan. Ce qui fait de lui une source d’inspiration, l’incarnation de la volonté, ce sont ses succès au niveau international mais aussi le fait qu’il les réalise en dépit de son diabète. Diagnostiqué diabétique de type 1 à 20 ans, Gurkan explique que le corps humain a besoin d’ingérer des glucides pour en tirer le glucose – notre carburant en quelque sorte - indispensable à son fonctionnement. L’agent chargé de diffuser ce glucose vers nos cellules s’appelle Insuline. Or dans le diabète de type 1, le corps ne produit pas naturellement d’insuline. Dans ces conditions, on imagine mal une personne atteinte de diabète se lancer dans des efforts physiques démesurés… Bien que sportif occasionnel d’abord intéressé par des sports comme le vélo ou la moto, il a décidé d’apprendre à gérer ce dysfonctionnement qui aurait pu l’obliger à renoncer à ses rêves. C’est à travers la course à pied qu’il a choisi de progresser. ... « Quand je courais assez longtemps, mon taux de glucose et donc mon énergie baissaient vite. Lorsque j’ai compris qu’il fallait contrôler ce taux en permanence et le stabiliser en ingérant les glucides nécessaires, l’idée de tenter des courses plus longues comme le marathon m’est venue ». ... ... [ Un ambassadeur de choix ] ... Studieux et motivé, Gurkan n’a cessé de faire reculer les limites posées par son diabète au fur et à mesure des courses. Un parcours remarqué par la Solomon Running Team Turkey qui en a fait son plus bel ambassadeur, tant sur les pistes que lors de conférences. Ce soutien de poids et une détermination sans faille l’ont mené à remporter le Roadsign Continental Challenge 2018 : un voyage intense de 740 km entre Vietnam, Norvège, Bolivie et Mozambique. ... « Aujourd’hui, je cours auprès d’athlètes qui m’ont inspiré. A l’époque, ce n’était qu’un rêve. En fait, je dois d’abord cette victoire à la discipline et aux efforts que je me suis imposés ». ... Gurkan Açikgoz doit gérer ses injections d’insuline lui-même pendant les courses. Il n’évoque pas cette pratique comme une difficulté supplémentaire mais préfère expliquer : ... « L’exercice décuple l’efficacité de l’insuline injectée. Les médecins le confirment, rien n’est plus efficace que le sport et j’ai eu l’occasion de le vérifier sur plusieurs décennies. Une heure et demie d’exercice physique une à deux fois par semaine sont plus que suffisants ». ... ... Evidemment, l’ultra-marathon est une discipline très exigeante pour laquelle Gurkan s’astreint à un plan de bataille spécifique avec l’aide d’un ami entraîneur et en suivant les conseils de diététiciens. Inspirant, Gurkan Açikgoz l’est assurément. Par ses performances mais aussi grâce au rôle qu’il joue depuis plusieurs années dans l’accès au sport pour les diabétiques. Sa volonté d’ouverture l’a menée à devenir capitaine de l’équipe de course Team 1 exclusivement composée d’athlètes diabétiques de type 1, créée en partenariat avec la Turkish Diabetes Society. ... [ Double défi réussi ] ... A travers ses actions et en devenant le premier coureur diabétique à remporter le Challenge en 2018, Gurkan avait atteint un bel objectif. Mais pas vraiment réalisé son rêve. Après l’Asie, l’Europe, l’Amérique et l’Afrique, il lui restait à braver les pistes d’Australie. En mars dernier, nous évoquions sa préparation pour THE TRACK 2019, dernier défi du Roadsign Continental Challenge qu’il n’avait pas encore relevé. ... ... Les 522 km à parcourir sur 10 jours sac au dos, le dénivelé positif de 1700 m, la diversité et la rudesse de l’Outback sont une épreuve hors-norme tant sur le plan physique que mental. Même si la gestion du diabète est une ultime difficulté sur de telles distances, Gurkan a fièrement terminé à la 8ème place de THE TRACK. ... « J’aurais aimé une place sur le podium en Australie mais mon objectif premier était de finir la course dans le meilleur état de santé possible. J’ai pu réaliser un rêve et surtout fait un voyage magique. Grâce au Roadsign Continental Challenge, j’ai découvert des merveilles de la nature sur 5 continents et me suis fait d’incroyables amis. Rencontrer de nouvelles personnes et d’autres cultures, c’est réaliser que le monde est bien plus grand que vous ne l’imaginez.» ... Avec ses performances cumulées en 2018 et 2019 sur les 5 continents Gurkan a remporté pour la deuxième année consécutive le Challenge ! Nous sommes fiers d’accueillir Gurkan Açikgoz dans notre hall of fame et si heureux qu’il ait pu abolir bien des frontières grâce au Roadsign Continental Challenge. ... ... Le Roadsign Continental Challenge est un défi sportif organisé par Canal Aventure en partenariat avec Roadsign depuis 2014. Plus d'information : www.canal-aventure.com ... Crédit Photo : CanalAventure©G.Pielke
Lire la suite

Faire voyager les autres par l'écriture

Social

Vous le savez, Roadsign est passionnée de nature, de découverte et de partage. Nous envisageons la planète, le voyage et l’humain comme sources d’inspiration. C’est l’un de nos points communs avec ceux qui la parcourent et la décryptent pour vous en donner l’image la plus fidèle possible. Aujourd’hui, c’est Emma Thomson, journaliste spécialiste du voyage que nous suivons pas à pas…. ... Journaliste, éditrice et photographe, Emma part à l’aventure presque toute l’année pour de grands noms de la presse comme National Geographic Traveller ou le Daily Telegraph. Les destinations varient en fonction des lignes éditoriales, d’une expédition inédite en autonomie le long des côtes namibiennes à l’exploration de la Route de la Soie du centre de la Chine à Istanbul. Ses voyages au long cours sortent toujours des sentiers battus et elle veille à ce que ses récits inspirent le lecteur. Happée par tout ce qui touche au voyage dès l’adolescence, elle déchirait en douce les pages de vieux exemplaires du National Geographic à la bibliothèque scolaire pour alimenter son carnet de voyage. Elle se savait faite pour le voyage et l’écriture mais ignorait encore qu’elle partagerait et raconterait le quotidien de familles aborigènes d’Australie ou nomades de Mongolie. En revanche, elle n’envisage aucune concession sur l’honnêteté de ses articles. En matière de tourisme et de voyage, on peut parfois manquer d’objectivité, être dépassé par son enthousiasme et tenté d’embellir la réalité que l’on découvre. ... « Tous les voyageurs doivent se prémunir contre cela et reconnaître les avantages et les inconvénients d’une destination. Dans mes écrits, je vise à inspirer mais aussi à rester très honnête avec mes lecteurs : si quelque chose n’est pas bon, je le dis, sinon la confiance est perdue… L’honnêteté – comme dans la vie – est toujours la meilleure politique ». ... C’est probablement l’un des atouts qui vaut à Emma – déjà primée - d’avoir été récompensée au Travel Media Awards 2019 pour un récit de voyage sur le Groenland publié par le Telegraph en août dernier. ... ... [ Voyager c’est aussi s’engager ] ... Plaidant pour un tourisme responsable et une information objective, Emma Thomson se rend fréquemment dans des pays ayant soufferts de catastrophes naturelles ou de bouleversements politiques, soucieuse de délivrer des informations propres à redonner confiance dans ces destinations. ... « Le tourisme génère du travail et des millions de revenus. Malheureusement, quand un pays subit un désastre ou une attaque terroriste par exemple, les visiteurs ont tendance à le bouder bien plus longtemps qu’il n’est nécessaire. Et toutes les personnes vivant du tourisme en souffrent beaucoup. Je veille à informer sur la réalité du terrain de façon à ce qu’ils aient les clés pour envisager d’y retourner. Soutenir l’espace vital des populations donne du sens à nos écrits ». ... ... D’ailleurs, Emma n’a pas caché son intérêt pour le programme Roadsign School Development en Inde. L’humain est au centre de nos préoccupations. Pour garantir un accès à l’éducation aux enfants qui feront le monde de demain et protègeront la nature, nous ouvrons des écoles primaires en Inde dans des régions ou l’éducation, par manque de moyens, n’est pas assurée. ... « J’admire leur engagement sociétal et pour l’environnement. En tant que consommateur, chaque choix que vous faites compte. C’est important de suivre les marques qui donnent en retour ». ... La découverte d’autres lieux nous éclaire, fait évoluer notre vision du monde. Et même sans pouvoir partir, on s’ouvre à des espaces inconnus grâce aux articles d’Emma. Website : www.ethomson.co.uk ...
Lire la suite